Sélectionner une page

Est-ce que c’est vrai?

En étudiant les vies de Socrate, Jésus et Nietzsche, je me suis rendu compte que ces hommes au destin immense, à des époques différentes, avaient tous un but commun : la recherche de la Vérité. Oui, celle avec un grand « V », c’est-à-dire la quête du sens de la vie, à la source même de l’intention de la vie.

De générations en générations, nous avons été endoctrinés par des légendes, des histoires et des croyances. En grandissant, nous avons copié les mémoires souvent erronées de nos semblables et fabriqué les nôtres.

« L’ennemi de la vérité,
ce n’est pas le mensonge,
ce sont les convictions. »
Friedrich Nietzsche, philosophe, 1844-1900

Comment faire pour trier le vrai du faux, question de vivre de façon le plus authentique et libre possible? Une bonne question à se poser: « Est-ce que c’est vrai? »

Prenons l’exemple de certaines expressions populaires :
-« Apres la pluie, le beau temps ». Est-ce que c’est vrai? Non. Après la pluie, il peut y avoir un orage, un ouragan, un typhon!
-« La fortune appartient aux lève tôt ». Ah oui? Comment explique-t-on les fortunes des Mick Jagger, David Letterman, Anderson Cooper et cie?

Et qu’en est-il des énoncés personnels dont nous affirmons fortement la « vérité »:
-« Je suis absolument incapable de nager sous l’eau ». Est-ce que c’est vrai? Pas certain car nous avons tous passé neuf mois sous l’eau avant d’apprendre à marcher. Et si cette personne s’y prenait autrement, avec un professionnel de confiance?
-« J’ai une dent sucrée, je ne peux pas me passer de sucre ». D’abord, depuis des milliards d’années et des trillions de mammifères, les chercheurs n’ont jamais découvert de dent sucrée. Pour ce qui est de ne pas pouvoir se passer de sucre, cela résonne comme une question de vie ou de mort. Est-ce que c’est vrai? Non. Il s’agit plutôt d’un cas de forte dépendance et d’un faux rapport identitaire avec le sucre – substance chimique nocive pour la santé -, ce qui est diamétralement opposé à l’énoncé de base.

Exemples de « vérités » douteuses dans nos rapports avec autrui:
-« Salut mon ami! ». Est-ce que c’est réellement votre ami?
-« Tout le monde a aimé ta présentation! ». Tout le monde? Pas une seule abstention?
-« Il n’y a rien de pire que d’arriver en retard à un spectacle! ». Rien de pire? Vraiment?
-« Fantastique! Super! Génial! Merveilleux! Excellent! ». Est-ce l’utilisation de l’un de ces superlatifs constitue réellement le fond de votre émotion et intention?
-« Avec gratitude ». Mettre cette phrase dans votre signature électronique est-il authentique? On ne badine pas avec l’expression de sa gratitude!
-« Merci de ta confiance ». Ça veut dire quoi ça? Qu’est-ce qui fait que c’est vrai? Donc, parfois cela ne l’est pas? Les plus grands manipulateurs et faussaires signent ainsi.

Cherchez ce qui est vrai, ce que vous voulez dire et dites-le. Ou non.

D’un point de vue superficiel, nous pouvons en venir à croire qu’utiliser ces énoncés n’est pas tragique. Et nous aurions probablement raison. Dans le meilleur des cas, cela soulèvera peut-être qu’une simple mauvaise connaissance de sa langue.

Mais d’un point de vue de l’évolution de notre âme, de notre authenticité et vérité en tant que personne humaine, une suite indéterminable de desseins ressentis par les autres en notre présence se manifesteront.

De votre côté, à force de redéfinir vos énoncés dans le but d’être le plus près de la vérité possible, vous ressentirez une clarté et une force intérieure subtile mais puissante s’installer en vous. C’est encore plus fort qu’un secret que l’on garde depuis des années et que l’on finit par larguer. Parce ce qu’il s’agit de faire la paix avec votre vraie essence, votre âme, elle qui ne connaît que vérité.

Comme tout le reste, rien ne vaut mieux que d’essayer cette manière de vivre. Chose certaine, vous deviendrez un véritable radar d’inauthenticité chez les autres, tout en devenant incapable de côtoyer ceux qui conservent ainsi leurs masques.

Encore là… Est-ce que c’est vrai ?

Marc André Morel

 

Photo: Tony Hernandez

© 2019 Marc André Morel. Tous droits réservés.