Fais ce que tu es pour gagner ta vie

Juliette Binoche n’avait pas vingt ans le jour où elle est allée rencontrer un recruteur à l’une des plus grandes écoles d’acting de France. À peine assis face à face pour cette première entrevue, d’emblée, il lui demande : « Alors, vous voulez être actrice? ». Sans hésiter, de façon candide et presque naïve, elle lui rétorque : « Non non, je suis actrice. ».

Tout est là, en deux répliques. Avec une économie de mots incomparable, la zénitude de la jeune prodige en devenir nous confirme que, non seulement notre rôle de vie est inscrit en notre personnalité, mais qu’il est aussi de notre responsabilité d’agir afin de le voir se manifester.

Donner un sens à ce que l’on fait
Chacun possède un talent particulier et une manière unique de l’exprimer. C’est dans l’expression de ce talent que s’articule notre mission de vie. Dans la science védique, il s’agit de la loi du dharma. En sanskrit, « dharma » veut dire « but de la vie ».

«L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres.»  DIDEROT

Notre mission de vie, notre raison d’être, prennent leur valeur et leur signification en fonction du service que l’on rend. Notre talent n’est jamais vraiment au service de nous-même. Il demeure une aptitude singulière à exploiter pour rendre service aux autres. Que vos habiletés soient de cuisiner, de soigner, de faire des affaires, d’enseigner, d’écrire ou d’écouter, il s’agit de les mettre au service d’autrui.

Chaque chose à sa place
Nos mamans nous ont appris à mettre « chaque chose à sa place ». Mais n’oublions pas aussi que chaque chose a sa place! Il en est de même pour chacun de nous. Nous avons chacun notre place, et nous avons tous notre rôle à jouer. Nous n’avons jamais vu une carotte essayer de se faire passer pour une pomme de terre. Mais nous avons vu beaucoup trop d’êtres humains tenter d’être la personne qu’ils n’étaient pas, ou de pratiquer un métier qui ne leur convenait pas.

Fais ce que tu es
Lors d’un documentaire sur sa vie et sa carrière, le chanteur populaire James Taylor nous amenait, en toute intimité, non seulement à l’intérieur de sa maison, mais aussi en témoins de ses rituels de musicien. Il racontait que sa guitare et son calepin de notes les suivaient presque partout. Qu’il griffonnait spontanément chaque jour, des mélodies, des paroles, des poèmes. Et que pour lui, être en studio, sur scène ou dans son salon, c’était la même chose. Pour expliquer sa manière d’être et de pratiquer sa profession, il lança cette phrase au journaliste qui le suivait partout: «I am myself  for a living», soit: «Je suis moi-même pour gagner ma vie».

En une phrase toute simple, mais profonde, il réussit à personnaliser une part importante de la notion de dharma. Tous les chemins mènent à notre essence, à l’exécution de ce qui est plus naturel pour nous, en termes de talents, d’habiletés, de désirs et d’intérêts. Notre responsabilité est double: savoir être à l’écoute et agir en ce sens.

Il s’agit donc pour nous de faire ce que l’on est. Et non de tenter de devenir ce que l’on fait.

Fais ce que tu es pour gagner ta vie.

Marc André Morel
Conférences en entreprise
1-514-439-9947

 

© 2019 Marc André Morel. Tous droits réservés.

Je vous lance le défi de partager une gratitude à chaque jour…

Et si vous commenciez maintenant, dans les commentaires ?