Gaspiller ses talents

« La chose la plus triste dans la vie, ce sont les talents gaspillés ».

Voilà la réplique choc que j’ai retenu du film, « A Bronx Tale » / « Il était une fois le Bronx », avec Robert De Niro. Film basé sur sa propre vie, il joue le rôle de son père et c’est ce dernier qui répète à son fils (jeune Robert DeNiro), jusqu’à l’âge adulte.

D’abord, définissons ce qu’est un talent (Larousse) :
• Aptitude particulière à faire quelque chose
• Capacité, don remarquable dans un domaine

Bien sûr, ce talent peut être rehaussé. Nous n’avons qu’à penser à une chanteuse comme Céline Dion, un entrepreneur comme Elon Musk ou à un orateur comme Martin Luther King Jr. Ils ont su faire fructifier leur don.

La vie a mis à notre disposition, un, sinon plusieurs talents, dont nous avons la responsabilité de mettre au service de notre collectivité. Nous avons aussi hérité du “désir” d’exploiter cette chose. C’est fantastique.

Il existe de moins en moins de familles où les parents imposent le métier ou la profession à leurs enfants, soit par nécessité ou par maladresse. Quoiqu’il en soit, il s’agit du premier groupe des talents gaspillés : les carrières imposées. C’est rempli de compassion que j’ai une pensée pour ceux qui ont fait ce sacrifice.

Vient ensuite les « talents cachés », comme on dit si bien. Ceux qui tardent à se manifester. Ou qui ont été enfouis depuis si longtemps, qu’on a fini par les banaliser : écrire de la poésie, l’oreille musicale, le rythme, la danse, la cuisine, etc.

Toujours au sujet des talents cachés, lisez le témoignage de cette femme qui a eu l’impression d’être passée à côté de sa vie (par Benoît Philie, Agence QMI, TVA Nouvelles) : « Pascale Roseberry a eu l’impression d’avoir raté sa vie lorsqu’elle a appris à sa grande surprise qu’elle était une « génie », à quelques années de sa retraite. « Sur le coup, j’ai été très déstabilisée. Je me suis dit que je n’avais rien fait d’extraordinaire qui mérite d’être inscrit dans les grands livres. J’ai eu l’impression d’être passée à côté de mon potentiel et je me suis sentie coupable de ne pas avoir utilisé le don qui m’avait été offert… », relate la femme de 52 ans qui habite Saint-Gabriel de Valcartier, près de Québec ».

Mais nos talents, on s’en sert, ou on les perd.

La chose la plus triste dans la vie, ce n’est peut-être pas le talent gaspillé.

Le talent ne suffit pas. Il s’agit d’une couleur avec laquelle la vie nous invite à dessiner notre carrière et notre vie. C’est le siège dans lequel nous serons le plus confortable, le plus performant, le plus pertinent, et potentiellement, le plus riche.

Notons que plusieurs gens talentueux manquent simplement de confiance en eux pour aller de l’avant. Les preuves sont faites que les gens qui réussissent à atteindre les plus hauts niveaux ne sont généralement pas les plus talentueux. Ce qui impliquent que plusieurs personnes, manifestement plus douées, par choix ou dépit, n’ont pas rayonnées au niveau de leurs talents.

Le cas de madame Roseberry est unique et elle n’avait aucun contrôle sur ce karma à ce jour. Pour l’avenir, ça lui appartient.

Marc André Morel CSP
Conférences | CoachTaxi | École de Conférenciers

Photo: Karen Zhao

 

© 2018 Marc André Morel. Tous droits réservés.