Sélectionner une page

La vigne ou l’écorce

Saviez-vous que les vignes grimpantes ne s’intéressent pas seulement aux murs de pierres grises des maisons ancestrales?

En marchant dans le boisé près de chez moi, j’en ai découvert plusieurs qui coiffent quelques-uns des arbres les plus grands, telle une femme mannequin que l’on enroberait des tissus les plus nobles afin de la faire rayonner davantage. Vous pouvez voir sur cette page la photo que j’ai prise pour vous.

Arrêter ma marche, lever ma tête et regarder ces géants de 20 à 30 mètres aux troncs emmitouflés sous cette couche de verdure est un spectacle en soi. J’avoue n’avoir jamais remarqué qu’il s’agissait de vignes. Comme plusieurs, je ne distinguais pas cette espèce rampante du reste du feuillage abondant.

Si j’étais un de ces arbres et que l’on me donnait le choix d’être habillé de ces vignes fougueuses tout au long de mon tronc ou non, je n’hésiterais pas une seconde et j’accepterais avec enthousiasme. Je paierais même, si c’était possible. Non seulement aurais-je plus fière allure, mais je me distinguerais des milliards d’autres arbres qui n’ont pas le privilège d’être enveloppé de cette vigne!

En tant qu‘espèce humaine, pour la plupart, nous choisissons aussi la vigne. La vigne est noble, j’en veux. La vigne est belle, j’en achète. La vigne me met dans une classe à part, je saute dessus. La vigne me rassure et me réconforte, ah oui, j’en ai besoin!

Notre « vigne rampante » à nous les humains, celle qui camoufle notre nature profonde – notre écorce – se manifeste de différentes façons. Il y a notre façon de se vêtir et nos biens servant à communiquer notre statut social. Chez les femmes, le maquillage est un exemple puissant de cette « vigne ». Et qu’en est-il des soins de beauté exagérés, tout indiqués pour contourner notre nature faite d’écorce? On s’enrobe aussi du besoin d’approbation, de la bonne opinion des autres. Le manteau de vigne que l’on porte peut avoir la couleur du salaire que l’on prend en échange de nos talents, bien souvent gaspillés par mesure de sécurité.

Ce que j’ai appris, c’est que ces beaux arbres, vêtus de leur robe de vignes, sont tous en train de mourir prématurément. La vigne les étouffe et ils sont tous en train de sécher la belle vie qu’ils avaient en eux. Oui, ils sont beaux, très beaux même. Ils sont uniques et attirent les regards plus que chez les autres arbres. Mais non seulement, ils ne sont pas eux-mêmes, mais cette enveloppe si « payante » à court-terme, est en train de les étouffer et de les tuer.

Attention avant de choisir ce qui brille, le chemin le plus facile, la sécurité et ce qui rend populaire.

À nous de choisir, la vigne ou l’écorce!

 

© 2019 Marc André Morel. Tous droits réservés.

Alors, comment allez-vous vous transformer ?